Le Bassin Versant de la Vallée du Rance


Le Syndicat de la Vallée du Rance se situe sur un territoire rural composé de 23 communes : 21 communes aveyronnaises et 2 communes tarnaises. Ce territoire développe des activités globalement tournées vers le monde agricole et forestier, et compte 377 exploitations agricoles dont 231 en ovin lait majoritairement destinées à la production de Roquefort.

Le bassin versant compte trois principaux villages : Belmont-sur-Rance (1000 habitants), Saint-Sernin-sur-Rance (600 habitants) et Coupiac (440 habitants). 

Le bassin versant, une échelle de gestion pertinente

Qu'est-ce qu'un bassin versant ?

Un bassin versant est une zone délimitée par des lignes de partage des eaux, qui drainent les eaux souterraines et les eaux de surface vers un même point : l'exutoire.

La gestion des cours d'eau par bassin versant

Le bassin versant est une unité hydrographique de gestion de l'eau cohérente. En effet, le bassin versant correspond à un découpage naturel, les milieux aquatiques ne connaissent pas les limites administratives. A titre d'exemple, pour définir et mettre en oeuvre des objectifs de qualité de l'eau, il est inutile de s'intéresser aux pollutions d'une rivière en aval si on néglige un de ses affluents en amont. 





La rivière "le Rance"

Le bassin versant géré par le Syndicat de la Vallée du Rance s’étend sur 436 km². Prenant leurs sources au Puech de Lugan pour le Rance de Peux, et sous le Merdélou pour le Rance de Couffouleux, les 2 principaux bras du Rance sont alimentés par environ 10 ravins. Petit à petit, le Rance devient une belle rivière au courant régulier qui s’écoule sur 65 km et se jette dans le Tarn à 1,5 km en amont de Trébas. 


Carte d'identité du cours d'eau

  • Source : Mont Merdelou (Rance de Peux), Puech de Lugan (Rance de Couffouleux)
  • Longueur : 65 km
  • Surface du bassin versant : 436 km²
  • Nombre d’affluents : 18
  • Département concernés : Aveyron - Tarn
  • Altitude : 200 m à 800 m
  • Débit moyen : 5.19 m3/s
  • Débit moyen à l’étiage : 0.13 m3/s
  • Crue centennale du 12 septembre 1875 : hauteur de 8.90m à l’échelle de mesure de l’ancien pont de Saint Sernin sur la D999


Profil de la rivière

Comme la plupart des autres cours d'eau du bassin du Tarn, le Rance est une rivière qui présente des fluctuations saisonnières de débit très importantes avec un débit relativement élevé durant le printemps et l’hiver qui faiblit considérablement de juillet à septembre (débit d'étiage jusqu'à 0,13m3/s).

 

 

Le profil du Rance peut être globalement scindé en trois parties bien distinctes :


  • Les sources du Rance : à sa source le Rance est composé d'un important chevelu hydrographique. Il prend naissance du Mont Merdélou au Puech de Lugan, où plus de 10 sources donnant chacune naissance à un petit cours d'eau de type torrentiel avec de forte pente. L'ensemble de ce réseau hydrographique forme le Rance de Peux et le Rance de Couffouleux qui se rejoignent après le village de Mounès.


  • Le Rance amont : dès l’aval de Mounès, le Rance se forme de la confluence entre le Rance de Peux et celui de Couffouleux. Il atteint rapidement une largeur de 4 à 6 mètres et s'écoule sur des dalles de grès rouge dans des gorges quelques fois très encaissées. Ce secteur est assez sauvage et un des moins impacté par l'activité humaine. A l'arrivée dans le village de Belmont, la vallée s'ouvre et le Rance sort des gorges.


  • Le Rance aval quant à lui est constitué de terrains gréseux jusqu'à l'aval de Saint-Sernin où les terrains alternent entre grès gris et schistes noirs ou gris. A l'aval de Belmont, la pente du Rance diminue ensuite fortement et reste relativement constante jusqu'à sa confluence avec le Tarn. L'apport en eau du premier affluent rive gauche, le Liamou, donne au Rance son aspect de rivière moyenne.




Les cours d'eau du bassin

Les affluents en rive gauche, venant directement des Monts de Lacaune et d'Alban, apportent au Rance un volume d'eau plus important que les affluents en rive droite circulant sur les terrains du Rougier. 


En rive gauche du Rance, les affluents du Rance correspondent pour leurs parties hautes à des cours d’eau montagnards pérennes* (qui s’écoulent en continue) :  le Liamou, le Toudoure, l’Avène de Saint Amans, l’Avène du Cellier, le Vernobre, les Oules

 

En rive droite du Rance, les affluents du Rance sont des ruisseaux intermittents qui peuvent s’assécher pendant les périodes estivales : la Grêle Rouge, le Thérondel, le Merdanson, le Gos, le Mousse